L'art du papier

“Il nous suffit de voir la texture d’un papier du Japon, pour sentir une sorte de tiédeur qui nous met le cœur à l’aise.”
Éloge de l’ombre, Junichirô Tanizaki

travail-sur-papier-calligraphie-otsukisama

Calligraphie

« La calligraphie est avant tout une gestuelle. La finalité n’est pas uniquement de connaître sa signification, mais surtout de percevoir le mouvement, l’énergie et la précision que le tracé requiert, et d’apprécier sa dimension picturale. »

Valérie Laudier aime le cérémonial qui s’attache à cette activité depuis le moment précis où l’on s’apprête à écrire : la position bien droite, la préparation de l’encre au moyen du bâton d’encre (le sumi) trempé dans quelques gouttes d’eau que l’on vient frotter sur le petit récipient en pierre volcanique (le suzuri)…

Le bruit de ce frottement et l’odeur de terre qui se dégage au fur et à mesure que l’encre fond la transportent. Elle aime aussi la tonalité et la variété des colorations que peut prendre l’encre ; et encore la fluidité du mouvement, la course du pinceau sur la surface de papier qui ne s’interrompt qu’à l’épuisement de l’encre, sans que le mouvement jamais ne soit cassé. Et au fil du tracé, le pinceau s’assoiffe ; le trait d’abord plein devient irrégulier, chevelu parfois…

Valérie a commencé la calligraphie en 2002, et a été diplômée « Maître Calligraphe » en 2011 à l’Ecole Zengoshei-in.

travail-sur-papier-calligraphie-otsukisama

Peinture

Valérie Laudier imagine et peint à la main des motifs originaux, raffinés et très contemporains qu’elle décline sur tissu, papier ou porcelaine.

 

Ils sont inspirés par les ornements et les symboles japonais, comme les trois végétaux symboles de bon augure (le bambou, le pin ou la fleur de prunus), les médaillons très stylisés des kimonos, les bords des tuiles d’un temple, les mousses d’une pierre, un jeu d’ombre.

travail-sur-papier-peinture-otsukisama
travail sur papier calligraphie peinture
travail sur papier calligraphie peinture Sakura
travail sur papier calligraphie peinture tsukimi
travail-sur-papier-teinture-otsukisama

Teinture

 

Le papier japonais (dit washi) offre par le biais de milliers de techniques, des rendus de couleurs et de texture très variés.

Trempé dans l’Indigo ou l’encre noire, enduit d’essence de Sakura ou de jus de kaki fermenté, chiffonné ou bien recouvert de feuille d’or ou d’argent, ces papiers japonais ainsi colorés ou ornés viennent accompagner l’œuvre de calligraphie sur un paravent ou un mur.

Montage

« Dans le cadre de mon parcours de calligraphie, il était impossible d’ignorer l’art du montage sur paravents, supports ornementaux de cette poésie picturale. Ainsi appliquée sur les divers panneaux d’un paravent, la calligraphie devient tableau, que l’on pose, plie ou range, au gré de nos désirs ».

Valérie Laudier a donc poursuivi pendant cinq années un enseignement des méthodes ancestrales de l’art du montage incluant la technique du marouflage (dit ura-uchi), étape essentielle des encadrements des calligraphies japonaises.

Cette technique sophistiquée consiste à coller l’œuvre peinte sur une feuille de papier japonais (dit washi) avec de la colle à l’amidon et de larges pinceaux plats. Grâce à ce procédé, les couleurs ressortent mieux, l’œuvre devient plus résistante à l’humidité et plus rigide, avant de l’appliquer définitivement sur le panneau du paravent.

travail-sur-papier-art-du-montage-otsukisama
travail-sur-papier-art-du-montage-otsukisama
travail-sur-papier-art-du-montage-otsukisama
travail-sur-papier-art-du-montage-otsukisama