L'art du textile

Otsuki crée des produits originaux qui s’inspirent de la richesse de l’indigo et des procédés traditionnels d’ennoblissement japonais.

teinture-indigo-otsukisama

Teinture à l'Indigo

La teinture à l’indigo appelée « Aïzomé » en japonais est une vielle technique artisanale.

Colorant naturel, l’indigo permet d’obtenir une gamme infinie de bleus. Chiffonné ou ficelé, le lin ou le coton est immergé dans une cuve de teinture. Vert au sortir du bain, il devient bleu au contact de l’air.

Valérie Laudier a créé toute une gamme de coussins, de linge de table, et même de tabliers teints à l’indigo, à la main par ses soins.

teinture-indigo-otsukisama
travail-sur-textile-savoir-faire-otsukisama

Technique du Shibori

Technique de teinture à la réserve inventée par les chinois au cours du Vème siècle, c’est au Japon que le « Shibori » s’est beaucoup développé. Divers procédés sont utilisés : le tissu est lié, tressé, plié, tordu, comprimé ou encore cousu avant d’être plongé dans le bain de teinture. Chaque méthode de ligature est utilisée de façon à obtenir un certain résultat, variable en fonction du tissu choisi. Chaque réaction est différente, et le rendu final toujours surprenant et impressionnant, mais surtout unique.

Toute la collection Otsuki est entièrement faite à la main en France.

teinture-indigo-otsukisama
teinture-indigo-otsukisama
travail-sur-textile-shibori-otsukisama

Broderie Sashiko

De simple surpiqûre, le Sashiko devint au fil du temps point de broderie raffinée. Au XIXème siècle, avec la généralisation du coton, il fut employé pour broder avec un effet de contraste des motifs décoratifs géométriques, végétaux ou animaux stylisés…

Valérie Laudier ré-interprète la surpiqûre de jadis, au fil bleu ou blanc, sur des créations teintées à l’indigo, ou sur du lin d’église. Otsuki propose une collection aux motifs graphiques, volontairement inachevés, où ces broderies faites à la main ornent coussins, sets de tables, nappes ou serviettes.

broderie sashiko sakurade
travail sur textile

Technique du Boro

En japonais, Boro signifie guenille. Les paysans et pêcheurs du nord du Japon récupéraient des textiles usagés et les rapiéçaient, formant ainsi un patchwork. Les différentes pièces de tissus sont fixées avec des points avant (Sashiko). Ce travail permettait ainsi de renforcer les textiles et de lutter contre le froid.

Valérie Laudier a revisité cette technique japonaise du Boro et lui a donné le nom de “Maekake”. Le petit point avant qui fixait les morceaux de tissus et dissimulait les accrocs devient un ornement décoratif. Les matières et les couleurs jouent harmonieusement et donnent naissance à une collection de tabliers et de coussins, qui racontent, chacun à leur façon, cette histoire ancestrale…

travail sur textile technique du maekake
collection maekake de coussins